samedi 4 janvier 2014

Trois salves venues de l'Est

Rapport n°7
 Soldat « fafa » au rapport

C
ommandant, comme indiqué sur l’ordre de mission, je suis parti en reconnaissance au « salon des vins naturels de Saint julien l’Ars » le 7 décembre 2013 au matin, afin de voir si j’y étais. Force a été de constater que non… Néanmoins, je puis affirmer qu’il y avait là, un grand nombre d’énergumènes armés des plus infâmes cravates, ainsi qu’une poignée d’indiens au comportement étrange qui étaient là pour nous faire goûter leurs produits tout en nous incitant à les recracher (paradoxe insurmontable pour le pauvre soldat que je suis). J’ai tout de suite flairé l’embuscade ! Le lieu était piégé ! Fallait faire vite ! Sortant discretos le plan d’attaque que vous m’aviez dressé et sans même jouer au petit jeu du « goût’et’crache-pour-voir-si-tu-fais-bien » que je maîtrise très mal, je fis l’acquisition de kék’ flacounets ; me délestant par la même de kék’ centaines d’euros, afin de procéder à l’analyse minutieuse des contenus. Moins de 33 minutes plus tard, j’avais emprunté un diable pour le transport, atteint la carriole pour repartir au camp de base où, figurez-vous, m’attendait bras ouverts dans la cuisine, une p’tite blanquette de veau toute fumante… Ereinté par cette mission à haut risque, j’ai décidé d’un seul homme de procéder à l’ouverture d’un « chenin espango » afin de me sustenter et d’entreprendre le difficile travail de compte-rendu... Je certifie d’ores et déjà qu’l’est point frelaté et qu'z’aviez pas menti ! RAS !


Rapport n°8
 Soldat « fafa » au rapport

A
miral, nous traversons une période de vache maigre ! Voici une semaine que le ravitaillement n’est plus arrivé jusqu’à la base. Nous ne passerons peut-être pas Noël ! Nous nous contentons de peu de chose pour subsister et il nous faut faire preuve d’imagination à l’heure de la prise des repas à 20h01 précise(la minute de décalage s’explique par l’installation à table de tout le contingent), pour accommoder ce qu’il y a dans le garde-manger. Hier, jeudi 12 décembre, nous ne disposions que d’un pauvre reste de Parmentier de canard dont personne ne voulait, mais qui avait néanmoins la saveur de ces bons petits plats réchauffés qui guérissent de tout ! Accompagné d’une poignée de roquette, d’une lichée d’huile de noisette et d’un verre de vin frais issu de vignes centenaires, ayant donc vu passer les armées ennemies durant la première et la seconde, nous avons quand même réussi à joindre les deux bouts et à nous en sortir sain et sauf cette fois... Cependant, je puis vous affirmer que les temps sont durs pour les braves ! RAS !

Rapport n°9
 Soldat « fafa » au rapport

C
olonel, notre fin est proche, nous sommes malencontreusement tombés dans un vilain traquenard sur les coups de 21h00, le 31 Décembre 2013… Nous avions pourtant été jusqu’ici extrêmement prudents et « hyper corrects» quant à l’absorption volontaire d’alcool et de nourritures grasses. Malheureusement, il semble qu’une très légère absence de réflexion ait eu raison de notre fragile conscience morale ! Notre vigilance a ses limites ! Nous avions pourtant fait le serment d’accompagner chaque plat d’un unique verre de vin, afin de profiter pleinement et pouvoir atteindre l’année suivante en toute quiétude. Mais c’était sans compter sur cette sournoise programmation musicale et cette ambiance euphorique de fête, qui ont provoquées chez nous, l’envie d’aller plus loin, de goûter pour voir et d’oublier enfin tout à fait nos beaux principes pour redevenir les êtres terriblement crétins que nous sommes fondamentalement. Il était donc même pas minuit, quand nous avons rendu les armes... Le surlendemain, malgré un terrible mal de tête persistant, je me suis efforcé d’analyser lucidement cet impardonnable écart. Et, je pense être en mesure d’affirmer que nous avons tout simplement été victimes de liquides présentant une très grosse tobogganité (propension qu’a un vin, à descendre dans l’œsophage sans la moindre difficulté tout en allumant les capteurs du plaisir et faisant perdre toute mesure aux buveurs…)Je vous envoie d’ailleurs sur le champ une photographie des récipients dans lesquels se trouvaient les fameux responsables, pour que vous puissiez alerter les autres compagnies ! RAS !

Enregistrer un commentaire