lundi 9 décembre 2013

2013 ou l'impitoyable théorie des cycles

L’ANNÉE EN BREF: Un copié-collé de 2012...en pire! Je dois bien avoué que je m'en doutais un peu puisqu'au moins depuis la fin des années 80, les bonnes et mauvaises années se succèdent par périodes de cycles ...Deux, trois belles années et patatras puis re-belles années, etc...  Il n’empêche que j'ai bien du mal a expliquer la petitesse de la récolte et les degrés faiblards...Au chapitre bonnes nouvelles, retour des Vignes Françaises et du liquoreux ainsi qu'un essai d'oxydatif....rendez vous en 2016, si tout va bien! 
CONDITIONS CLIMATIQUES: Sur le papier, moins foireuse que 2012, l’année est remarquable, si on peut dire, quant au retard accumulé durant un printemps particulièrement froid au débourrement tardif qui aurait du au moins nous épargner les gelées printanières....ce ne fut pas le cas!!! Froidure qui eue au moins le mérité d'amadouer la Bête, alias messire Mildiou qui pointa malgré tout son museau en fin de floraison.Le temps sec et chaud qui suivit durant  l’Été, ruina par là même ses viles intentions. A ce stade chacun se laisser gagné par l'espoir d'un 
beau millésime sauvé in extremis. Làs, malgré les grosses pluies 
mi septembre  (nécessaires au 
débloquage des maturités) et au retour d'un temps chaud et ensoleillé, les degrés n'ont fait que descendre tant en blanc qu'en rouge tandis que le botrytis s'est mis à galoper comme je ne l'avais pas vu faire depuis 2006...un vrai boute-en-train! L'explication venant sans doute d'une attaque nourrie de vers de la grappe au moment de la floraison. Finalement et contre toute attente, les vendanges ne furent pas aussi tardives que ça...le liquoreux ayant même été ramassé plus tôt que jamais!
          L’ÉQUILIBRE DES VINS: Sul' fruit plus que jamais, des vins à boire à grandes lampées , sans doute dans la veine des 2012 pour les rouges et 2011 pour les blancs, en plus légers.

                                                                     LES BLANCS

Toujours sur le même principe,

Un pressoir, des bourrins à la barre (Le Moing père et fils en première ligne), quelques vieilles barriques et une vendange bien triée…et voilà tout…y a plus qu’à attendre la mise en bouteille !

 Quelques nuances cependant avec des pressées plus longues, jusqu’à 48 heures, qui devraient structurer les vins. A noter également la présence d'un faible pourcentage de botrytis devant l’impossibilité de trier totalement le feu d'artifice installé dans les grappes! 

-3/SCHISTES/9: On prend les mêmes et on r'commence! Encore une petite récolte dans l'carré d'Sauvignon...cette fois due au gel sur le bas de la parcelle...cuvee pimentée donc de 20% moitié  Chardo franc de pied et moitié Chenin en provenance des Gains. 12.2% et 14hl/ha.

-Les GAINS de MALIGNE: Satisfaction pour moi et mon paternel après 3 années faiblardes en volume. On fait "péter" un 18hl/ha, vendangé à 12%. Il y aura aussi, botrytis sur le gâteau (de marc) oblige, une cuvée de liquoreux ramassée a 18.5%.

-FRANC de PIED: Retour de la cuvée de vignes françaises à base de chardonnay sur faluns sablo-argileux,  le vin affiche un "petit" 10.7%, effet conjugué du millésime et des francs de pied, toujours plus faibles d'un degré et demi à maturité égale comparées aux vignes greffées. Faibles aussi en rendement: 08hl/ha...

VIN de VOILE: On espère un long et heureux mariage, façon oxydative entre les vignes centenaires du Lys, quelques chenins glanés dans les Gains et  des rouges botrytisés dans une tentative incertaine, voire hasardeuse...comme tout mariage qui se respecte! 
                                                                   LES ROUGES
Comme toujours, une huitaine de jours en cuve with the rafles, et vas-zi nénesse que j'te passe le jus dans l'pressoir et tac tac tac, gloup gloup gloup dans la barrique....hibernation, réveil au son des cloches et hop, emprisonné sous verre sans autre forme de procès...à vous ensuite de libérer tous ces bons ptits gars d'un coup de tire-bouchon rageur!

-Le PONGE: Cuvée mâtinée comme on dit par ici, de 35% de grolleau (gel + petite sortie de grappes) dans cette cuvée habituellement composée uniquement de Gamay. 14hl/ha à 11.8%.

-GROLLE NOIRE: A la force du poignet (panne de motoculteur au printemps), les 30 ares ont été biné et pas pour rien, puisque O miracle, voila la seule cuvée à dépasser les 20 hecto cette année.... torse bombé: 21hl/ha!...on "débombe" rapidement: 11%...

-Le BOIS du GLAND: On entre là dans le domaine de l'irrationnel, certes la sortie de grappes était moyenne mais comment expliquer des rendements aussi faibles alors que les parcelles n'ont ni gelé, ni subi  aucune autre attaque de Dame Nature...En conséquence, notre soldat Fafa, si friand de ce remontant, devra changer de cuvée d’épaule pour sa campagne 2014/2015! 06hl/ha, mais un beau 12.2%.

VIGNES CENTENAIRES: Même constat et même sanction pour le Cabernet Franc: 09hl/ha à 12.2%.

Pour ceux qui souhaiteraient consulter la version millésime: 2011 et 2012 du laïus.                                                               
Quelques photos de 2013 pour conclure:


Fin Avril, 3 semaines de retard...

...mais la végétation, elle, s'est bien réveillée...la panne de motoculteur tombe bien mal...
...certains voisins semblent ne pas avoir le même problème!


En Mai, on ne fait pas toujours ce qu'il nous plait....gel tardif sur le bourgeon du haut...
...certains semblent avoir trouvé le moyen de se réchauffer!
Dès le premier jour des vendanges, messire Botrytis s’était invité.

Les premiers jus de 2013

                                                       
Nom d'un chien! Du vin nature, du vrai!


Petite pause...
A ma droite, Monsieur Jean yves, tenancier d'une excellente chambre d’hôtes a quelques encablures de Martigné.
On garde la bonne humeur malgré la petite récolte de Gamay pigée par la Miss Battais!

Un grand merci à Sylvia, ma sœurette!

Y'a pas que d'la fifille de passage pendant les vendanges....la preuve avec ces deux magnifiques Éphèbes!

Qui , eux aussi, finiront un jour comme ça...botrytisé pal' travers!!!



Enregistrer un commentaire