mardi 7 avril 2015

Hanami aux abords de Jindai-ji

Jindai-ji, temple séculaire de l’agglomération tokyoïte, constitue un havre de paix à peu de pas de la grande ville. Situé au creux d'un vallon ombragé, l'endroit est connu pour ses soba, nouilles au sarrasin servies d'ordinaire froides et très prisées aux beaux jours pour leurs vertus rafraîchissantes. 


Bénitier à la nippone


Énigmatique représentation...
Pratique traditionnelle, laisser ses vœux...au gré du vent

Surplombant le temple, se trouve le vaste parc botanique, qui renferme entre autre une foultitude de prunus en émoi en ces premiers jours d'Avril.






Outre les moults spécimens de stature classique, on trouve aussi une belle palette d'individus typiquement japonais à port retombant (j'ai pas dit "courbettant"!)





 Quelques pêchers deci delà (momo en japonais) dont certains de type "genpei-saki" (comment il se la raconte le mec!), à savoir wouive floraison bicolore.

En bon élève nippon, le lieu possède évidemment son jardin de pruniers, mais ce coup ci c'est un peu trop tard...
Néanmoins, le printemps ce n'est pas que petites fleurs et compagnie, c'est aussi la saison "qui allonge aux beaux jours les bras de la foret" 
La saison de l’espérance, de l'insouciance et de la constance... "Eh oui, ma pov'dame, je vous apporte de biens tristes nouvelles: Il y a encore des saisons!"





Bientôt, il sera temps de retrouver mes petites vignes qui sans nul doute doivent débourrer en ce moment par les belles journées ensoleillées qui réveillent l'Anjou de sa proverbiale langueur.
 A quelle sauce serons-nous croqués cette année?...
"Non moins que savoir, douter me plait" , n'est-il pas sieur Allighieri?

Enregistrer un commentaire