mercredi 19 novembre 2014

Koyo dans la vallée d'Okutama

Koyo, alias l’été indien made in Nihon brille de mille feux dans les montagnes alentourant Tokyo, l'occasion de se mettre au vert, ou plutôt au dorée à un couple d'heures de la capitale.
Prendre l'Ome line depuis Shinjuku puis la ligne locale jusqu’à Okutama et enfin un bus pour se rendre jusqu'au lac. Le chemin qui redescend serpente le long de la rivière, offrant calme et satisfaction rétinienne pour une ballade de 3 heures accessible jusqu’à la plus feignasse d'entre vous.


Seigneurs printaniers, les cerisiers sont relégués au rang de valets lorsque vient l'automne


Autre option pour redescendre au village, emprunter l'ancienne voie ferrée, tels des Tom Sawyer des temps modernes!



Tunnel assez flippant, ambiance films d'horreurs et jeux vidéos resident evilesques à souhait!

On peut se faire aussi quelque gentillette frayeur en traversant les ponts suspendus
Passé ce bref voyage en enfantinie, recentrons nous sur le sujet du jour, la "koyoïte aiguë"!








Notez que si le timing est ces jours-ci idéal en montagne, il faudra attendre encore 10 à 15 jours avant d'en profiter sur Tokyo même.

On trouve parfois des citronniers japonais,portant les fameux yuzu  et dont je m’apprête à faire de l'huile parfumée. Rien de plus simple, faire chauffer une huile neutre (type pépins de raisins) à 70 degrés, verser sur les zestes et filtrer après 24h. Ensuite, à vous d'imaginer les variantes (herbes, racines) et les recettes qui vont avec...


Quelques sanctuaires de-ci de-là...




Enregistrer un commentaire