mercredi 5 mars 2014

Kyushu, histoires d'eaux


Ça y est, je vois déjà les pitits yeux de pervers cliquer sur le lien...qu'est ce qu'on ferait pas pour avoir de l'audience sur son blog! D'eaux il sera donc question, dans ce second épisode de notre séjour à Kyushu, mais aussi de volcans, éminemment actifs sur l’île.
Dans la région de Kumamoto, se trouve le Mont Aso, ayant la plus vaste caldeira du Japon...400km2, oui monsieur! Actif en permanence, il est possible de s'approcher de la gueule du monstre quand les vents le permettent afin d'admirer son lac acide bleu-vert....ce ne sera pas le cas ce jour là.



Effectivement, l'a l'air de mauvais poil le gars...




C'est bien connu la montagne ça creuse, Irori ryouri, ça vous tente?
En français, on pourrait traduire ça par "brochettes cuites à la verticale".    


 Petites (forcément) truites japonaises à la fraîcheur remarquable et pour cause...embrochées et découpées vivantes qu'elles sont les bébêtes...seraient un poil sadiques les japonais que ça m’étonnerai pas!


Reprenons la route à travers une région étonnante à l'est de la caldeira, vidéo qui rappelle plus les steppes mongoles ou l'Ouest américain que le Sud du Japon.
Nous découvrons au détour d'un vallon,( grâce à Iwamoto kun et son papa, guides d'un jour) la très limpide et apaisante fontaine Ikeyama.





 Morceau de choix le lendemain avec la visite des gorges Takachiho, haut lieu du Shinto, sorte de Mt st Michel nippon, sans Mont ni Michel mais chargé en énergie tout pareil.







"J'ai longtemps habité sous de vastes portiques
Que les soleils marins teignaient de mille feux,
Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,
Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques"...pas vrai Léo?
 Le sanctuaire adjacent possède de magnifiques cèdres de 800 ans où il fait bon recharger les batteries.



Au détour d'une route, il n'est pas rare de tomber sur une charmante cascade dans cette région aux confins de la province de Kumamoto et Miyazaki...
Dernière étape de notre virée Kyushièsque, Kagoshima et son île volcanique, alias Sakurajima. Disons le tout de go, la ville en elle même n'offre guère d’intérêt mais il y règne une ambiance détendue et on y mange bien...c'est déjà ça!



Comme partout au Japon, rien ne vaut une Izakaya
pour goûter l'ambiance locale

Ici, du porc noir grassouillet et savoureux à souhait.
L’île se trouve à une quinzaine de minutes par ferry de la ville.

Depuis l’éruption d’Août  dernier, le volcan crachote gentiment un flot ininterrompu de cendres qui recouvre une bonne partie de l’île, créant un climat assez lugubre au calme inquiétant.
D'un autre coté , mieux vaut qu'il soit calme le gazier...


Une dernière trempette en namoureux avant le retour à Tokyo dans l'un des onsens implanté face à la mer....kimochi desu, ne?




Enregistrer un commentaire