mercredi 24 mars 2021

2020, la cave vide fait le plein

L'ANNÉE en BREF: Tandis que le montage de la tarte à la crème bat son plein, seringues en mains (cuisine moderne oblige) je me fais fort cette année de ne parler que de vin, le dit-vin ayant plus que jamais un rôle à jouer dans nos sociétés en voie d'atomisation généralisée.
Faisant suite à des millésimes chaotiques, 2020 arrive à point nommé pour renflouer les caves. Peu de gel, pas de mildiou, un oïdium arrivé un poil hors-délais et un bel été suivi de vendanges sans tris...il n'en fallait pas plus pour redonner le sourire aux vignerons.
Cette abondance est l'occasion de multiplier de nouvelles cuvées, tel un rosé frizzante sul'fruit et d'autres choses plus expérimentales...

LES CONDITIONS CLIMATIQUES: Échauffé (si on peut dire) par 3 années de gel depuis 2016, j'ai pris la décision d'élargir la pratique de la pré-taille et grand bien m'en a pris car les secteurs sensibles auraient pu "prendre cher" sans cette précaution étant donné le débourrement ultra précoce . ( au 15 mars, comme en 2007, année record) Témoin, la parcelle de chardonnay qui a gelé presque entièrement sur sa moitié basse. 
Climatologie classique par la suite avec de petits risques de mildiou au moment de la floraison vite balayés par un bel été chaud et sec. Été durant lequel le sournois oïdium a tenté sa chance mais trop tardivement pour faire de réels dégâts. Attention toutefois aux spores en germes pour 2021.
 Vendanges donc précoces (29 Août) mais finalement très étalées, en partie suite aux décalages engendrés par la pré-taille mais aussi du fait d'un temps maussade persistant à partir du 20 septembre.

ÉQUILIBRES: Encore un millésime solaire certes mais plus dans une veine mûr/frais en rouge, quelque part entre 2017 et 2019.  Les blancs, eux, font dans le balèze, sans doute moins tendus que les 19 mais plus que les 18. Leur profil aromatique devrait être différent également car nous avons décidé de faire une petite cuvaison de 24h avant presse afin de multiplier la population de levures et palier ainsi, du moins on l'espère, aux problèmes récurrents de fin de fermentation constatés depuis 2017. 
                       
                                                                            LES BLANCS

FRANC de PIED: Enfin le retour d'un sec sur la parcelle de vignes francaises de chardonnay sur faluns, le premier depuis 2016. Toujours deux degrés de moins sur ces vignes non greffées, d'où un petit 11.8° au compteur. Une vie fermentaire pour l'instant assez lente, un nez sur l'acescence...bref, tous les symptômes d'une malo sur sucres! Affaire à suivre...12hl/ha
Les GAINS de MALIGNÉ: Petits rendements (15hl/ha), en partie suite à la pré-taille, le chenin n'ayant pas l'air d'aimer ça. Un Gains puissant en gestation (14°)
Le PARADIS TERRESTRE: Le 2018 enfin sorti et aussitôt épuisé, le 19 en bouteilles (mais en réparation, souris tendance castor oblige), on compte sur un 2020 bien parti pour régaler les foules avides de chenin beaulieusard!
VIGNES CENTENAIRES du LYS: Lui aussi est de retour et devrait répondre présent à son habituel combo acido-puissant. 14° et 20hl/ha.
MAGIE BLANCHE: Une Magie dans la veine du 19, 2/3 chenin et 1/3 grolleau gris en presse directe.
AÏGUA: Nouvelle cuvée de macération de chenin en provenance d'une maturité plus poussée du Paradis Terrestre, mais plus dans un esprit aromatique que tannique en mode semi-carbonique et pimenté par quelques brassées de grolleau gris.
MACÉRATION: Que les chaballiens se rassurent, la macération cuissue du domaine est toujours là, fidèle au poste de troisième ligne. 15,4° au compteur, 95% chenin avec une pointe de chardo. Peut-être un essai d'oxydatif sur ce millésime... 28hl/ha.
                                                                              
                                                                                    LES ROUGES

SUL'FRUIT : La cuvée légère du domaine, le vin du midi, des charcutailles! Toujours un 2/3 grolleau noir, le reste en gamay. Cuvaison millefeuille tendance semi-carbonique. 25hl/ha, 13°. Une version rosé existe aussi à base de grolleau noir pimenté de ch'nin acideux. Un 11.7° qui devrait désaltérer les gosiers secs!
LE PONGE: On reste sur du Ponge sérieux, de garde comme en 19. Solaire et frais. 15°, 18hl/ha.
CALMOS: Calmos is back après un 2019 partiellement gelé. Le paternel motivé comme jamais m'avais promis une correction mais il faut croire que les dieux de la Grolle étaient de mon côté...une attaque en règle de drosophiles nous a poussé à un tri sévère (22hl/ha malgré tout) et à hâter de quelques jours la vendange. Un beau grolleau toutefois à 13.3°, dans la veine du 18 mais sans doute pas la première marche du podium. L'année prochaine, qui sait...
GROLLE NOIRE: Vendanges compliquées dues à une hétérogénéité jamais rencontrée auparavant suite à des retards au débourrement causés par la prétaille... jusqu'à 3 semaines de décalage sur un même pied! Seul façon de les distinguer aux vendanges (outre un marquage pied par pied), l'œil acéré des grollistes endurcis à la recherche des grappes en début de flétrissement...5 passages dans du rouge, il fallait le faire ! Mais le jeu en valait la chandelle, une grolle au niveau des millésimes précédents à la clef. 20hl/ha. 13°4.
PACHAMAMA: Assemblage assez proche du 19, 70% cabernet sauvignon, le reste en grolleau gris et noir. Moins solaire que son aîné toutefois. Sans doute dans la veine du 17. Autour de 13.5°.
LA BIZARRERIE: Bizarrerie rouge cette année. Après la mode du 200% fût neuf qui sent bon le sapin, je tente de lancer la mode du 200% rafflu! M'est d'avis que je ne vais pas faire beaucoup de points au prochain Parker ! Pour faire court, il s'agit d'une partie du Bois du Gland (14°2) dans lequel j'ai rajouté les marcs de la macération de ch'nin à 15°4. Rateliers pfifferliens, passez votre chemin !
Le BOIS du GLAND: Du sérieux, du sèveux, du classique, 70/30 sauvignon/franc. 14°2 et 17hl/ha
Le PIN PERDU: Comme en 2019,du mûr-frais mais en plus solaire, le bas de parcelle ayant été mieux géré. Une partie en cuvaison courte et le reste en cuvaison longue de 7 mois. Sans doute assemblés à la mise. 17hl/ha. 13°8.
VIGNES CENTENAIRES: Essai d'arcures ayant demandé un gros travail de régulation pour arriver au rendement souhaité (22hl/ha) et une bonne dose de patience pour attendre la maturité, juste avant que le botrytis ne s'installe. Satisfait du résultat, je compte bien réitérer en 2021. 14°3, épices solaires et touche chocolatée en bouche.