mercredi 6 août 2014

Connaissez-vous Félix Niesche?

Félix Niesche est un poète contemporain, oui, ça existe encore les poètes...mais pas un poète pour ces dames, lyre en main et genou à terre. Non, M. Niesche a la plume combattante, clivante et coudeboulesque. Anarchiste de (dé)formation, franc-tireur et Soralo-compatible... Voyez-vous pourquoi vous ne le connaissez pas? 
Voici ses deux derniers textes, qui comme souvent font mouche pour qui sait (encore) lire:

Pendant que les chiens sanglants du Jourdain jappent, au Japon l’on commémore HIROSHIMA- leur amour en chaleur thermonucléaire du 6 août 1945, et la remise du couvert le 9 août, avec la très chrétienne Nagasaki, le second coup de foudre Yanki.
 Ce jour là, à Hiroshima, beaucoup furent subitement métamorphosés en chaleur et lumière, fantômes infrarouges et spectres ultraviolets, rayonnant d’X et brillant de gamma, et allèrent danser dans l’ionosphère, au delà d'Uranus, au grand bal des super-novae débutantes, cependant qu’ici-bas leurs ombres subsistent sur les murs.





Pendant que les holocaustes rituels d’enfants s’écoulent en orgies monotones sur les plages méditerranéennes 
Que les petits cœurs explosent de panique vers les étoiles bleues repeintes sur des ailes 
Nos zélus de haut-vol, l’Union des Juifs étudiants la France 
Leurs clones, leur clowns 
Se réunissaient pour dire la véritable Urgence de l’Heure ! 
Et criaient à tue-tête :
AU SECOURS RACISME !
revient !
Les mains grasses de subventions, huileuses de prébendes fouillaient dans la tripaille pour sonder les reins et les cœurs. 
Les globules roulant dans les orbites caves, leurs têtes de nœuds éjaculaient le phosphore blanc de leur vaste intelligence.
Pendant que les infanticides bibliques rituels se perpétuaient à Gaza, 
que le Déluge d’Uranium pleuvait sur ce grand abattoir sublunaire ; 
à quelques encablures de cet Enfer phosphorescent, sur notre vieux vaisseau d’ Ex-France aux flancs défigurés par la houle brune des chemises, ces hardis timoniers humaient les vents contraires ! 
Et n’avaient garde d’oublier que
« en France ON tue des Noirs, des Juifs et des Arabes » !
Que le nazi Dieudo et son nègre Soral étaient responsables de Pogroms !
Parce que voyez vous ma chère, « En France meurent des Noirs, des Juifs et des Arabes » mordus par les sous-chiens enragés ! 
Les longues marches noires ne désemplissent pas, les fosses de cadavres de jeunes juifs, de vieux arabes et de noirs d’âge mûr, sont pleines continuellement, et la peine, la longue peine des rares survivants suit à la queue leu-leu.

Après le Déluge

Silence ici ! On tue ! 
Chaque jour que Dieu fait la France tue à tour de france, sans frein, comme au vel d’Hiv ! 
Sans ticket comme au Métro Charonne, en écoutant les sirènes Pa Pon Pa Pon ! et regardant sous les jupes des ponts couler la Seine et nos bougnouls ! Son cours charriant les centaines de milliers de cadavres d’arabes flottant sur leurs valises, à défaut de cercueils. 
Eux qui avaient reconstruit la France pourtant !
Ô Vranze ! Sombre marâtre, mère de tous les vices je te salue ! Adieu, tu es mûre pour le trépas, par une route de renoncements ta faiblesse te mena aux confins du tiers-monde et de la Barbarie, patrie des sous-hommes et des nazillons ! 
Peuple de Dupont-la-Joie, violeurs, racistes, collabos, feignants, alcooliques, anonymes, sexistes, homophobes, transophobes, j’en passe et des plus phobes...
Et toi O Noir Peuple vomi par l’Abyme, hors le gouffre sans fond vomissant du charbon, Mineurs ! Gueules Noires offertes à la délectation de nos vierges folles ! 
Qui descendez chaque jour par milliers au tombeau !
« La France tue des Noirs, des Juifs et des Arabes »

martèlent les fils de la Mémoire, 
et leurs prévisions macabres vont à bon train d’Enfer !

Reniflons ensemble ces prévisions de leur météorisme, de la populo-boulimie vomissant à genoux les doigts dans la gueule sans fond du hideux populisme, aboulie populo d’insanité émétique !

Démographie !

Le professeur Arnon Sofer, démographe à l’Université de Haïfa, conseiller de ministres et de chefs d’état-major, reconnu haute conscience morale et subtil prévisionniste, avait déterré cette profonde, profonde Vérité :
« Quand 2,5 millions de personnes vivront dans l’espace clos de Gaza, cela va être une catastrophe humaine. Ces gens deviendront encore plus animaux qu’ils ne le sont aujourd’hui avec l’aide d’un islam fondamentaliste dément. La pression à la frontière sera effrayante. Ce sera une guerre terrible. Alors, si nous désirons demeurer en vie, nous devons tuer, tuer et tuer. Toute la journée, chaque jour. Si nous ne tuons pas, nous cesserons d’exister. » [1]
Tue, tue ! Petit tue ! 
Tue, tue, turlututu 
Kippa pointue !


Sois obtus ! tue ! 
Tue in situ ! 
T’as tout à tuer, tue !


T’as pas tort, tue ! 
Tu es élu, sais tu ? 
Alors Tue !

« En France ON tue des Noirs, des Juifs et des Arabes » !


écrivent sur un drap les enfants d’un premier lit de de Sofer, ceux-là même qui font résonner le Sophar, et applaudissent aux massacres à Gaza.

Une saison à Denfert

L’autre jour à Denfert-Rochereau, quelques vagues députés socialistes à état d’âme avaient participé un peu à la manifestation d’indignation humaine contre l’Enfer à l’uranium appauvri de Gaza . 
Classique. 
C’est le coup Fabius-Hémoglobine faisant semblant de soutenir le Non à la constitution en 2005. 
Voyez vous, le Pouvoir est un chœur qui se chante à plusieurs voix. Le PS ne doit pas se couper absolument d’un mouvement qui touche son électobirat naturel. 
Mais El Blancos a encore gueulé comme un putois ! Ah celui là, avec son sang catalan franquiste qui ne s’allume jamais vraiment qu’aux inquisitions et aux bûchers, quel Intolérant quand même ! 
Passons.
Revenons à Denfert. Là, les organisateur accueillirent ces gouvernementaux fils-députés à bras ouverts, cependant qu’ils affirmaient que jamais le national-soralisme ne pénétrerait leurs monstrations. Lutte contre l’Extrrrrême-Drrrrroite oblige ! 
Pourquoi messieurs, il y aurait donc une position politique plus à droite qu’un soutien à une expédition exterminatrice d’une armée suréquipée contre un peuple désarmé ? 
Si oui, veuillez nous dire laquelle, je vous prie.
Vous, les zantisionistes professionnels et confessionnels, vous êtes des canailles. Permettez moi de vous le dire. Vous avez confisqué la légitime indignation pour laisser entr’ouverte la porte à vos potes gouvernementaux, pour que, les massacres terminés, vous puissiez de nouveau, bras dessus bras dessous, défiler, illuminés par la fameuse enseigne, 
L’Impardonnable bannière :
« En France ON tue des Noirs, des Juifs et des Arabes » !



Félix nous parle de son dernier ouvrage: CCCP & autres chutes
Son blog, Le petit Quimonte illustré, mal-pensant en diable! 
Ajout du 16 Novembre 2015: une entrevue sur Méridien zéro. 

Enregistrer un commentaire